Pacte mondial

Société de rédaction et d’optimisation de contenu basée à Madagascar, RCO (Rédiger-Communiquer-Optimiser) offre ses services à des clients basés en France, en Belgique, au Canada et à Madagascar même, tout en respectant une charte éthique non sans lien avec les dispositions du Pacte Mondial.

Présentation du pacte mondial

Le Pacte Mondial a été créé sous l’impulsion de Kofi Annan, l’ancien Secrétaire Général de l’ONU, lors du Forum économique de Davos en décembre 1999. Il s’agit d’une initiative internationale, regroupant des organismes des Nations Unies, des entreprises et la société civile autour de principes universels. Ces préceptes reposent essentiellement sur le respect des Droits de l’homme et des engagements nationaux et internationaux en matière de normes de travail et de protection de l’environnement.

Le Pacte Mondial regroupe actuellement plus de 12 000 adhérents volontaires, répartis à travers plus de 145 pays. Ces participants s’engagent à poursuivre les objectifs premiers de l’initiative, à savoir promouvoir la légitimité sociale des marchés et des entreprises, afin de contribuer à l’émergence d’un marché mondial plus équitable, plus ouvert et plus stable.

Les adhérents s’engagent à modifier leur façon d’agir, au niveau de la stratégie, de la culture, des activités quotidiennes et de l’administration, pour se conformer aux principes universels reconnus par le Pacte Mondial. Aussi, ils acceptent de rapporter régulièrement les moyens et la façon dont ils ont mis en oeuvre les préceptes de l’initiative, tout en promouvant régulièrement le Pacte dans leurs déclarations et autres communiqués.

Même si le Pacte Mondial n’est ni juridiquement contraignant, ni un organe chargé de surveiller le modèle de fonctionnement des entreprises, ni un code de conduite imposé aux professionnels, la société RCO Madagascar reconnaît volontiers les vertus attribuables à cette initiative, tant sur le plan humain que sur les plans social et économique. Nous nous sommes donc engagés à adhérer au pacte mondial, lequel régit notre fonctionnement au niveau de l’administration du personnel, des horaires de travail, des salaires et de la vie sociale de nos salariés, conformément aux dix principes énoncés dans le Pacte Mondial.

Nous nous efforçons ainsi de nous mettre à niveau des entreprises les plus respectueuses des droits et libertés fondamentaux du travailleur, tant à Madagascar qu’à l’échelle internationale. Nous espérons par la même occasion faire valoir notre esprit d’éthique et nos vertus auprès de nos partenaires et de nos clients.

Notre charte éthique: le Pacte Mondial

Nos exigences éthiques sont définies par rapport aux 10 principes énoncés dans le Pacte Mondial, lequel se base sur des instruments mondialement connus que sont:

  • La Déclaration universelle des Droits de l’Homme
  • La Convention des Nations Unies contre la corruption
  • La Déclaration de Rio sur le développement et l’environnement
  • La Déclaration de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) portant sur les droits et principes fondamentaux du travail.

1. Travail des enfants

Madagascar a ratifié les Conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail, portant sur l’encadrement du travail des enfants, dont la Convention 138, fixant l’âge d’admission à l’emploi à 15 ans et la Convention 182, qui définit les pires formes d’exploitation des enfants. La protection des enfants en matière d’emploi fait partie intégrante des axiomes clairement énoncés dans le Code du Travail malgache.

Conformément à ces lois et principes qui régissent l’âge minimum d’emploi, la société RCO s’engage à ne pas employer de personnes mineures ou encore soumises à la scolarité obligatoire à Madagascar.

2. Travail forcé

La convention 29 de l’OIT, dans l’article 2, paragraphe 1 réprouve toute forme de « travail ou de service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque » et pour lequel l’individu en question ne s’est pas engagé de son plein gré. Nous, chez RCO, appliquons ce principe à la lettre et condamnons tout type de travail réalisé sous contrainte ou par intimidation.

Nos salariés, quel que soit leur poste, leur spécialisation et leur département, nous rejoignent de leur propre gré, sans pression aucune de notre part. De même, ils sont libres de se désengager de leur contrat professionnel à n’importe quel moment, pour quelque motif que ce soit, à condition de respecter les dispositions du Code du Travail malgache concernant la procédure de démission et de rupture de contrat de travail.

3. Mesures disciplinaires réprouvées et harcèlement

RCO proscrit toute forme de sanctions corporelles, de coercition mentale ou physique, ainsi que le recours aux abus verbaux, les menaces d’abus physiques et le harcèlement sexuel.

Notre société dispose d’une convention interne, ratifiée par les inspecteurs du travail, prévoyant des sanctions proportionnées contre le personnel ayant recours aux sanctions corporelles et à toute autre forme d’harcèlement verbal, physique et moral.

4. Discrimination

L’article 2 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme reconnaît la liberté de tout être humain à se prévaloir de ses libertés et ses droits, sans distinction aucune de couleur, de race de sexe et d’orientation sexuelle, de religion, d’opinion politique, d’origine nationale, de fortune, de naissance et de tout autre statut.

La société RCO condamne formellement toute forme de discrimination avérée au sein de son personnel. Nous nous interdisons également tout traitement inéquitable en matière de politique d’embauche, d’accès à la formation, de promotion, d’appartenance à un syndicat ou de rémunération.

5. Droit de négociation collective et liberté d’association

RCO reconnaît à ses salariés le droit de constituer et de s’affilier à des organisations de leur choix. Nous leur accordons également la liberté de négocier collectivement, sans contrainte aucune et en toute indépendance, dans le respect de la réglementation en la matière à Madagascar.

Ainsi, des délégués et représentants du personnel sont élus à échéances régulières, leurs rôles étant de porter les revendications du personnel auprès de la Direction, de fournir une assistance et des protections administratives et juridiques contre la discrimination, le travail forcé ou toute autre forme d’exploitation. Toutes les négociations collectives portant sur les conditions de travail, les mesures disciplinaires et les autres aspects socio-économiques du travail au sein de RCO sont débattues entre ces représentants et la direction, après consultation de l’ensemble du personnel.